tampon-dangereux
Green Humeurs Zéro déchet

Eh dis moi, tu mets quoi dans nos tampons ?

28.04.2017

Après mon article plutôt humoristique sur la Cup menstruelle, je reviens aujourd’hui vous parler d’un sujet qui me tient particulièrement à coeur. Après le documentaire choc de France 5, j’ai décidé de vous faire un résumé sur le sujet “Le tampon, notre ennemi intime”. Grands-mères, mères, filles, soeurs, nous avons tous une femme dans notre vie, c’est pour cela que ce sujet doit toucher le plus grand nombre d’entre nous et pas seulement nous, les femmes. Mobilisons-nous grâce à nos outils de communications pour nous faire entendre !

Depuis mon adolescence, j’utilise des tampons pour palier à ce cycle naturel, qui sont les règles. Nous sommes nées filles, femmes et ne pouvons pas échapper à ce phénomène naturel qui nous permet de concevoir un enfant dans notre vie (un moment incroyable et magique : donner la vie). Ma maman m’a conseillé d’utiliser des tampons pour cette souplesse et ce confort de vie pendant les 5 jours de nos règles. C’est vrai ! J’ai donc adopté ce principe très rapidement à l’âge de mes 14 ans pour la piscine, la mer, les activités… tellement pratique. Les publicités de femmes épanouies, souriantes, sautillant partout et fière de porter un tampon avec du liquide bleu. Ce produit de petite taille, blanc, net, propre et visuellement tellement inoffensif !

De 2007 à 2016, j’ai porté des tampons jours et nuits. Ayant un flux important, les serviettes hygiéniques ne me convenaient pas… La nuit il m’arrivait même de porter une serviette en plus de mon tampon. Je savais qu’il été déconseillé d’en porter la nuit (pourquoi ? A 14 ans, ce n’était ma priorité)… mais personne ne m’avait dit que c’était dangereux. Car les femmes (nos mamans, grandes soeurs…) ne pouvaient pas savoir, tout simplement.

Nous avons subi et nous subissons toujours aujourd’hui une stigmatisation autour des règles !
Être féminine, c’est être contenue, disciplinée…être sous contrôle. Le tampon est un outil pour les femmes qui ont leurs règles, de se plier aux normes de la féminité. Dans les spots publicitaires, on voit souvent des femmes belles, actives et souriantes, jamais de sang, du liquide bleu…

Je pense que les industriels ne font pas qu’utiliser et exploiter le tabou. En faite il le perpétue, ce qui rend les règles presque invisibles. Car les femmes qui ont leurs règles, sont si désireuses de le cacher, qu’elles ne sont ni vigilantes, ni curieuses dans les produits qu’elles utilisent.

Après le documentaire de France 5

J’ai décidé de regarder en replay et de faire un résumé complet pour toucher un plus grand nombre de personnes.
Les industriels veulent nous cacher la vérité ? Aujourd’hui, nous avons des moyens de communications très riches, à nous de bien nous en servir pour dénoncer des causes importantes ! Mais les médias préfèrent attirer notre attention sur d’autres émissions, ou téléfilms pour nous faire oublier la réalité. Je vous conseille vivement de regarder le replay de cette émission qui est alarmante (seuls, avec votre enfant, votre maman…). Je suis peut-être un peu trop dure dans mes propos, mais la réalité d’aujourd’hui est de nous cacher la vérité et nous pousser à consommer toujours plus sans penser aux conséquences. Je pense aux personnes qui travaillent dans cette industrie, qui connaissent la composition des tampons, comment peuvent-elle se taire et ne pas dénoncer ?

Après avoir longuement analysé le documentaire, voici donc ce que j’ai retenu et décider de mettre en avant :

Il n’y a pas de loi particulière qui encadre les tampons… En juin 1999, la Commission Européenne laissait les fabricants proposer leur code de bonne conduite, c’est à dire, établir leurs propres règles concernant la sécurité des tampons. A-t-elle eu peur d’exiger des informations ? La charte de bonne conduite a été te faite en collaboration avec les grands fabricants. Il n’y a pas du tout d’études scientifiques et indépendante pour vérifier les dires des industriels…

En août 2016, le Secrétariat d’État à la Consommation annonce pour la première fois des tests sur plusieurs marques. Les résultats ont confirmé qu’il y avait toujours des fibres synthétiques dans les tampons, mais il y a plus grave : les tests ont révélés la présence d’une substance cancérigène : la Dioxine. Elle fait partie des 10 produits chimiques les plus dangereux au monde, selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Les solutions de dioxine de chlore sont présentes dans nos tampons pour les blanchir, d’où cette couleur blanche et “propre”.

On s’en fiche que nos tampons soit de couleurs brunes ou blanches, vu ce qu’on en fait…

Dioxine : Les dioxines constituent un groupe de composés chimiquement apparentés qui sont des polluants organiques persistants dans l’environnement.
• Définition plus approfondie sur le de site de OMS (Organisation Mondiale de la Santé) ici.
Le chlore élémentaire à été interdit dans les usines et repris dans plusieurs articles, mais il est encore en stock sur des sites industriels en 2015 ?! Hummm…

Quels effets sur notre organisme féminin ?

tampon-dangereux-compositionDifférents chercheurs ont été interrogés sur le sujet et dénoncent un grand nombre de points :

Dr Dominique Lison – Toxicologue en Belgique
Il a prouvé que ces polluants sont responsables de maladies qui endommagent le système reproducteur féminin : l’endometriose. Elle s’élimine très difficilement et reste dans l’organisme.

Dr Richard Paulson – Chercheur et qui a reçu un prix prestigieux en 1999 grâce à son étude
Il explique d’après son étude, qu’un médicament ou autre substance qui se propage dans le vagin est dix fois plus absorbé par l’organisme.
“Vous prenez un médicament qui normalement s’avale et en le plaçant dans le canal vaginal, ça va directement dans l’utérus en beaucoup plus grande quantité. La quantité qui arrive dans le sang est 10 fois plus importante ! 10 fois c’est quand même une grosse différence…”.

En France, on trouve une faible quantité de dioxines dans nos tampons, mais cela n’est pas rassurant…

Dr Philip Tierno – chercheur et scientifique
Depuis l’affaire des tampons RELY*, il y a de toute façon une donnée essentielle qu’il ne faut pas négliger ! Beaucoup de gens disent : “Oh ! il y a si peu de produits chimiques, que cela n’affecte pas les femmes.” Oui c’est vrai, si une femme utilise 1 seul tampon… Mais elle en utilise 11 000 ou plus dans une vie… On utilise 5, 8, 10 tampons pendant nos règles et on répète cela 28 jours plus tard. Beaucoup de tampons, beaucoup de produits chimiques… Le vagin est conçu pour laisser couler le sang, et non pas censé être obstrué par un tampon.

Lizeth Roets – chercheuse et ancienne sage-femme-infirmière
Elle a souffert d’endometriose, maladie qui multiplient le nombre de fausses couches. Ancienne sage-femme et infirmière, elle décide en 1999, de faire une étude avec des étudiants de l’Université d’Afrique du Sud sur une dizaine de femmes. Plus les femmes utilisent des tampons plus elles souffrent d’endometriose. A cause du tampon qui empêche le flux de s’écouler, il est possible que le flux menstruel soit bloqué puis reparte dans le bassin par les trompes de fallope, ce qui contribue ainsi à l’endometriose. Certains chercheurs et scientifiques pensent que la théorie de Lizeth Roets est possible et que les travaux de la chercheuse mériteraient d’être approfondie.

Nous n’avons pas été informées !
Vous entendez vos amies : “Utilise des tampons c’est un produit sûr, il faut juste faire attention à ton hygiène.” Mais personne ne m’a dit qu’il y avait des risques.

Nous devons aider les utilisatrices d’aujourd’hui à prendre une décision en toute connaissance de cause !
Faire un choix éclairé !

En septembre 2016 (c’est un peu comme si c’était hier pour moi), des chercheurs ont lancés des tests auprès d’un laboratoire indépendant.

Bernard TaillezDirecteur scientifique du laboratoire indépendant
Il a réalisé des tests sur 6 grandes marques tampons utilisés par les femmes. Les 6 échantillons contiennent du phtalate, une substance perturbatrice et cancérigène. Celle-ci est interdite par l’Union Européenne, sauf autorisation spéciale. Elle est généralement utilisée pour assouplir le plastique… Différents types de plastiques se trouvent sur le voile au dessus de nos tampons, mais également dans les matières absorbantes à l’intérieur.

Ces composants sont-ils nuisibles pour l’appareil reproducteur féminin ?
Phtalate VS difficultés à avoir des enfants, une étude unique au monde est en train d’être réalisée par des chercheurs de Harvard. Plus le niveau de phtalate était élevé pendant les règles par exemple, plus il y avait un risque de fausse couche… Un excès de phtalate qui serait la cause des fausses couches, un drame dans la vie des couples… Tous ces produits contiennent entre 20 et 30 composants chimiques.

Regardez sur n’importe quelle boîte de médicaments, vous avez la composition. Là rien, silence total ! Si il n’y a rien d’écrit, c’est que l’on préfère ne pas en parler… Il y a des raisons. Les consommatrices peuvent se renseigner de la composition sur le site internet Group’hygiene.

Les fabricants se moquerait-il ouvertement de la santé des femmes ?

Ma conclusion

Je ne suis, ni médecin, ni chercheuse, ni scientifique… Juste une consommatrice alarmée par la société d’aujourd’hui…
Les consommatrices doivent rester libres de choisir leur mode de protection, tout en étant informées correctement des effets nuisibles sur leur santé ! Je demande juste aux industriels de prévenir et surtout d’inscrire la composition des produits sur nos boîtes de tampons.

Des étiquettes pour prévenir

campagne-tampon-etiquette-marmillePour toutes celles et ceux qui sont révoltés par ce fonctionnement. L’idéal serait de coller des étiquettes avec des petites phrases sur les boîtes de tampons dans nos Supermarchés pour alarmer les consommateurs, sur les effets néfastes ! J’espère que cette idée suscitera chez différentes agences, un moyen de communication assez fort ! Grâce à cette campagne, je souhaite juste prévenir les consommatrices qui doivent rester libres de choisir leur mode de protection et non pas, arrêter l’utilisation des tampons. Et éventuellement, nous proposer une alternative naturelle, sans produits chimiques, où communiquer d’avantage sur la Cup menstruelle.

Je ne suis pas encore Maman, mais je pense à l’avenir de nos enfants, celui que nous allons leur laisser. Aujourd’hui, il m’arrive de porter quelques tampons, les jours ou je ne porte pas ma CUP, mais depuis toutes ces informations et en connaissance de cause, je ne vais plus en remettre. Je porte aussi un stérilet en cuivre (sans hormones), pour éviter au maximum les produits chimiques et non-naturels dans mon organisme. Car la pilule, elle aussi, pose problème sur ses composants chimiques…

N’hésitez pas à me répondre en commentaire et me donner votre expérience sur le sujet, je serai ravie de partager avec vous
Et si jamais, j’ai fait quelques erreurs sur les termes scientifiques, n’hésitez surtout pas à me reprendre 🙂

Des études d’un chercheur sont attendue d’ici juin 2017. A suivre…
* Les sources de mon article viennent du documentaire “Le tampon, notre ennemi intime” de la chaîne France 5.
Je ne dénonce aucune marque de tampons, mon article à pour but de sensibiliser les consommateurs.

9 Comments

  • Reply
    Amel
    20.01.2018 at

    Bonjour Marmille
    J ai aussi vu ce reportage et depuis je cherche à acheter une Cup. Peux tu me conseiller ?
    Merci beaucoup

    • Reply
      Marmille
      26.01.2018 at

      Coucou Amel 🙂
      Et bien moi j’ai celle de Lamazuna et je suis très contente ! Fabrication française.

      Belle journée,
      Camille

  • Reply
    Anaïs
    05.09.2017 at

    merci pour cet article… et le pire c’est que ce n’est pas juste les tampons, mais c’est aussi nos produits cosmétiques, ménagers, tout notre mode de consommation qui est remis en cause, mais c’est nous en tant que consommateur qui avons le pouvoir d’arrêter tout cela en changeant notre mode de consommation.. tout comme le gaspillage, les déchets et autre que l’on laisse derrière nous.

    • Reply
      Marmille
      05.09.2017 at

      Oui tu as totalement raison Nous avons le pouvoir de changer ENSEMBLE !

      Merci pour tes commentaires

  • Reply
    Caro
    31.08.2017 at

    Coucou!
    Je me renseigne de plus en plus sur l’industriel qui nous veut plus de mal que de bien. Je suis bien contente de tomber sur ton article si bien écris, et dont je trouve l’idée extraordinaire !
    Avec mes recherches, je vois qu’en alternative avec le tampon dégueu, il y a encore les tampons bio 100% coton. Grâce à leur compo coton, le “choc toxique” est évité. 🙂

    Bonne continuation 🙂

  • Reply
    Cyan
    28.04.2017 at

    J’ai vu ce documentaire et je l’ai trouvé très effrayant! Je savais qu’il y avait des produits d’hygiène féminine peu recommandables, mais je n’imaginais pas que c’était à ce point… ça me dépasse que ces produits puissent être en vente malgré leur dangerosité!

    • Reply
      Marmille
      28.04.2017 at

      Merci pour ton commentaire 🙂
      Oui c’est incroyable… Hélas…

  • Reply
    Camille
    28.04.2017 at

    Un super article qui fait vraiment réfléchir ! Merci beaucoup pour cette prise de conscience, je le relaye auprès de mon entourage puisque ça fait quand même peur de voir à quel point on peut se faire “manipuler” !
    Des bisous Camille ♡

    • Reply
      Marmille
      28.04.2017 at

      Merci ma belle Camille pour ton commentaire et tes partages ♡
      Oui c’est alarmant… C’est notre santé qui est en jeu, on veut juste être au courant !

      Des bisous ♡

Leave a Reply

9 − 7 =